Accueil | Plan du site | Voir aussi www.chaux-de-fonds.com Mettre en page d'accueil | Ajouter à vos favoris | Recommander ce site | S'inscrire à la newsletter
 
   
 
 
 

FAHY

Imprimer



Fahy se situe sur la route qui conduit de Porrentruy à Montbéliard. Composé de plusieurs groupes de maisons hautes, de construction traditionnelle typique de la Haute-Ajoie, Fahy est situé à la frontière française. Avec 421 habitants, 568 m d'altitude et une surface de 779 hectares, Fahy est un important poste douanier. L'origine du nom de Fahy vient de la grande forêt de hêtres qui l'environnait de toutes parts. Le nom Fahy vient du latin faia, fagia, fagetum qui signifie lieu planté de hêtres. Lors du VIIIe, Fahy a compté une dizaine d'habitants. En 1860, on dénombrait 528 habitants. Fahy atteignait son record en 1880 avec 597 habitants travaillant dans l'agriculture et l'artisanat. Début 1996, la commune en comptait environ 440.

L'histoire du village

Au VIIIe siècle le hameau de Fahy faisait partie du Saint Empire romain germanique fondé par Charlemagne (742-814). Il y avait déjà une chapelle à Fahy en 1177 qui dépendait de Grandfontaine et appartenait au prieuré de Lanthenans. Cette filiation a été consacrée par le pape Alexandre III jusqu'en 1802. Fahy, au point de vue administratif et légal dépendait de la mairie de Bure. La mairie de Bure-Fahy passera en 1377, aux mains des évêques de Bâle et des comtes de Montbéliard. La commune revient sous la crosse de Bâle en 1461 après le rachat de l'Ajoie par l'évêque Jean de Venningen. En 1474 fut une époque d'incendies et de ruines. Après la mort de Pierre de Hagenbach, gouverneur d'Alsace et de Ferrette, son frère Etienne de Hagenbach envahi les territoires alsaciens et met tout à feu et à sang. Il massacrait les habitants et les accrochait aux arbres. En 1475 ce fut la bataille de Blamont, les Suisses, les Alsaciens et les Autrichiens traversèrent de nouveau la région en brûlant et détruisant tout. En 1522 la peste ravagea le village et les habitants durent le quitter pour un certain temps. De 1792 à 1793, Fahy appartenait à la République rauracienne rattachée à la France et en 1793 au Département du Mont-Terrible. Après la bataille de Leipzig en 1814 où l'armée française fut battue par les Alliés, Fahy fut attribué au canton de Berne.


Fahy-Douane

La surveillance de 10 km autour de Fahy occupe quatorze fonctionnaires des douanes. Six cents véhiculent transitent quotidiennement par la douane de Fahy transportant quelques centaines de pendulaires se rendant à leur travail en Suisse.


Equipements
Dans les années 1980, le bâtiment communal a été endommagé par un incendie. Quelques années plus tard (1990) il a été rénové et modernisé. Les écoliers disposent d'un bâtiment scolaire agréable et favorable à leur épanouissement. Fahy projette de construire un abri de protection civile pour 383 habitants et un garage pour les pompiers. La commune a prévu d'aménager un trottoir qui conduira de l'école à la douane. Les eaux usées sont dirigées vers un trou situé à la sortie du village.


Routes et demeures

La plus vieille maison qui appartenait aux barons de Montjoie a été construite en 1561. Jusqu'au XXe siècle, les gens tiraient leur eau des cinq puits existants. En 1908 les bougies et lampes à pétrole seront remplacées par l'électricité. Fahy était, à l'époque, essentiellement un village de paysans et d'artisans. La première voiture fit son apparition en 1920 et, plus tard, Peugeot installa son centre de distribution de voitures et d'outillage pour la Suisse à Fahy.

Fahy-Loisirs

Fahy compte plusieurs sociétés depuis des décennies: chorale mixte Sainte-Cécile, Choral l'Esperance (coeur d'homme), Club de football Olympic, Groupe théâtral, Groupe de gymnastique dames, Le Vieux Fahy, Patoisants d'Ajoie, Corps enseignant et une Société de tir.


Métiers

En 800 le village comptait quelques autochtones, qui s'occupaient chacun de sa nourriture. Les plus nombreux étaient agriculteurs. Ainsi d'autres métiers comme menuisier, mécanicien, tonnelier, serrurier, sellier, charpentier, maçon, tailleur de pierre. Avant la Première Guerre mondiale, Fahy comptait près de dix restaurants et cabarets. A cause du chômage, dans les années soixante, de nombreux habitants du lieu allaient travailler en France chez Peugeot. Les déplacements se faisaient à vélo ou à pied. Dès 1980, la situation s'inverse, les Français viennent travailler en Suisse. En 1994 Fahy comptait 64 frontaliers actifs dans le village.


Eau

A la fin du XIXe siècle Fahy comptait trois puits et deux petits étangs pour ravitailler les habitants en eau. Ce type d'ancien puits avec pompe à bascule est très répandu dans la campagne de Haute-Ajoie. La corvée d'eau au puits se termina en 1908, année pendant laquelle le village fut ravitaillé par l'eau de source.